Nous contacter Nos marques
Nous contacter Nos marques

Matériel et outillage BTP, équipement industriel et matériel collectivité
Le site de vente en ligne préféré des professionnels pour leurs achats

  • Lun à Jeu 8-12h 14-17h30 & Ven 16h
    commercial@achatmat.com

« Cuve engrais, eaux pluviales, effluents > Comment choisir sa cuve ou citerne pour engrais

Comment choisir sa cuve ou citerne pour engrais ?

 

Achatmat pour propose un guide complet pour le choix et l’achat d’une cuve engrais. Vous découvrirez la réglementation sur les cuves, les différents critères de choix comme les matériaux à privilégier selon l’utilisation, souple ou rigide puis comment entretenir sa cuve ?



SOMMAIRE

 

1. Règlementation en vigueur

2. Type de cuves à engrais

3. Choisir sa cuve engrais

4. Installation d’une cuve

5. Les accessoires des cuves pour engrais

6. Entretien d’une cuve

 

 

 

1. Règlementation en vigueur


Le stockage d’engrais en citernes est soumis aux dispositions suivantes :

 

- La rubrique 2175 de la nomenclature des ICPE (Installations Classées pour la Protection de l’Environnement) stipule que, lorsque le stockage atteint 500 m3, une autorisation est nécessaire.

- Selon les installations, un arrêté préfectoral d’autorisation peut se rajouter avec des prescriptions techniques spécifiques.

- Toujours selon la rubrique 2175, lorsque le stockage dépasse 100 m3 (mais sans excéder 500 m3), une déclaration doit être déposée auprès de la Préfecture.

- En dessous de 100 m3, une simple déclaration au RSD (Registre Sanitaire Départemental) est exigée

- Comme pour tous types de travaux, l’installation d’une cuve peut être soumise à une déclaration ou à une demande de permis de construire en mairie en vertu du Code de l’Urbanisme.

- A partir de 100 m3, le bac de rétention est obligatoire.

- Toutefois, en zone vulnérable, un bac de rétention peut être exigé pour un stockage inférieur à 100 m3 en vertu du programme d’action en cours de la directive nitrate.

- Si un site localisé dans un périmètre de protection de captage d’eau potable, des contraintes spécifiques peuvent être imposées. Pour le savoir, il faut s’adresser à la DDT (Direction Départementale des Territoires).

- En zone inondable, les plans de prévention des risques d’inondation doivent être consultés car le stockage d’azote liquide est fréquemment interdit.

- Enfin, le stockage d’engrais liquides est régi par l’article L 110-2 du Code de l’Environnement, qui stipule que chacun doit veiller à la protection de l’environnement. Le fait de laisser s’écouler, déverser ou rejeter des substances nuisant à la faune et à la flore est considéré comme étant un délit.

 

2. Type de cuves à engrais

 

- Les cuves souples

 

 

 

Ces cuves sont composées de fibre polyester ou d’un tissu synthétique recouvert des 2 côtés par du PVC.

 

Leur principal avantage est d’être peu onéreuse. De plus, leur installation et leur manutention sont simples. Par contre, elles supportent mal les intempéries. C’est pourquoi, il est recommandé de les entreposer sous un abri sur un terrain plat et dépourvu d’aspérités.

 

Leur capacité oscille de quelques dizaines à 200 m3.

 

 

 

 

Ces cuves doivent comporter un système d’étanchéité sous-jacent. Plusieurs dispositifs sont possibles :

 

♦ Installer un sol étanche avec un muret en parpaings capable de résister à une rupture de la cuve,

♦ Un talus en argile compacté, un grillage anti-rongeurs, un lit de sable, un feutre géotextile anti-poinçonnement et un film plastique étanche non biodégradable.

 

- Les cuves rigides à simple paroi

 

 

 

Elles peuvent être métallique, en plastique ou en polyester.

 

Il est conseillé d’opter pour un cuve normalisée NF-M88-512 et de prévoir un système de protection contre les chocs.

 

Enfin, elles nécessitent systématiquement le rajout d’un système de rétention afin d’éviter des fuites

 


- Les cuves rigides à double paroi

 

 

Ces cuves sont conçues pour éviter les fuites sans avoir à rajouter un bac de rétention. Par contre, l’absence d’une rétention doit obligatoirement être compensée par 2 éléments : les cuves doivent être munies de vannes situées en haut de la cuve et d’un système de détection de fuites.

 

Attention, dans certains départements, le bac de rétention reste obligatoire y compris pour les cuves à double paroi.

 

 

♦ Précisions sur le bac de rétention

 

Pour rappel, il est obligatoire pour les cuves à simple paroi, pour les cuves à double paroi au-delà de 100 m3 et en dessous selon les départements.

D’une manière générale, il est fortement conseillé pour tout type de cuves.

 

Sa contenance doit être égale à celle de la cuve ou à 50 % du volume de toutes les cuves si le bac est relié à plusieurs cuves.

 

Par contre, il faut un bac de rétention distinct par type de produit.

 

Le bac de rétention se compose de plusieurs éléments :

Un sol en béton, des murets en béton ou en parpaings (ceux-ci peuvent être remplacés par des agglos coffrants), un enduit intérieur et des joints d’étanchéïté pour les différentes jonctions.

 

En extérieur, il est recommandé d’installer une légère pente peut permettre d’évacuer les écoulements éventuels et l’eau de pluie et de les stocker dans un puisard. Il suffit d’installer une pompe vide cave dans ce puisard afin de le vider en cas de besoin.

 

- Les cuves horizontales

 

Elles doivent être placées de préférence sur des berceaux aux fondations renforcées.


- Les cuves verticales

 

Une vigilance particulière doit être apportée à l’arrimage de ces cuves.

De plus, des précautions particulières lors de leur relevage pour leur mise en place.


- Les cuves enterrées

 

Ces cuves sont fortement déconseillées.

 

3. Choisir sa cuve engrais

 

2 critères essentiels sont à prendre en compte :

 

- Le matériau de la cuve à engrais

 

Détermine sa résistance dans le temps, aussi par rapport aux agressions chimiques qu’aux écarts de température, il existe 3 matériaux différents pour votre cuve :

 

♦ Acier inoxydable

 

Son avantage principal réside dans sa capacité à résister à la corrosion, notamment par rapport aux solutions azotées.

 

♦ Acier ordinaire

 

Il peut être utilisé mais à condition que la face interne de la cuve soit recouverte d’un revêtement protecteur tel que de la peinture époxy. Attention, celui-ci doit être posé par un professionnel.

 

♦ Les résines synthétiques et le polyéthylène

 

Quand elles sont complétées par de la fibre de verre textile, elles supportent aisément les agressions chimiques, tout comme le polyéthylène. Par contre, elles sont plus sensibles aux aléas climatiques ce qui les rend peu résistantes dans le temps.

 

- L’aménagement de l’espace

 

La taille, les dimensions et le type (horizontal ou vertical) de la cuve seront fonction de l’espace disponible. En plus, de la cuve, il faut également penser aux dispositifs à rajouter (protections, système déversement,…). Il faut donc prévoir un espace suffisant.

 

4. Installation d’une cuve

 

Il est recommandé d’avoir recours à un professionnel.

 

D’autre part, les conditions diffèrent selon le type d’engrais à stocker :

 

- Stockage des engrais solides :

 

Tout d’abord, ils doivent être entreposés à l’écart de produit inflammable, de denrées alimentaires ainsi que de toutes substances, qui pourraient les contaminer (essence, gaz, produits phytosanitaires,…).

 

Le stockage doit être effectué sur un sol plat et imperméable, tel qu’une dalle en béton. Il doit être protégé de l’humidité qui pourrait dégrader l’engrais.

 

De plus, les engrais ne doivent en aucun être mélangés car certains composants sont incompatibles et leur association pourrait provoquer des réactions chimiques.

 

Les produits peuvent tout à fait être rangés dans des sacs (big bag) mais de préférence sous abri.

 

Si le sol n’est pas plat, il vaut mieux les placer sur des palettes mais sans dépasser 3 niveaux. Cependant, à l’extérieur, la durée de stockage doit être relativement courte sous peine de dégrader les produits. Une bâche pourra les protéger de l’humidité et de la lumière.

 

Stockage des engrais liquides :

 

Même en dessous des seuils fixés par les ICPE, il faut être très vigilant concernant le type de cuve et son emplacement.

 

La cuve de stockage pour engrais liquides ne doit pas être installée près d’un cours d’eau, d’un point de captage d’eau, de sources ou du réseau de collecte des eaux pluviales, afin d’éviter toute pollution.

 

Avant toute utilisation, la cuve doit être rincée à l’eau.

 

Le bac de rétention est fortement conseillé, même en dessous de 100 m3, pour éviter qu’une fuite entraine des risques de pollution.

 

Il peut prendre la forme d’une fosse de rétention, de parois ou d’un bac souple. Mais, il est préférable de choisir une cuve à double paroi.

 

Le type de rétention n’est pas le même suivant le type de produit stocké.

 

- Stockage des engrais contenant du nitrate d’ammonium :

 

Pour ce type d’engrais, il faut se référer au règlement CE 2003/2003 ou à la norme NF U 42-001.

 

Ils ne sont pas explosifs ni combustibles. Par contre, ils peuvent être à l’origine de 3 risques distincts :

 

♦ La décomposition : si un engrais contenant du nitrate d’ammonium est mis au contact d’une source de chaleur, il va se décomposer, dégager de la fumée et émettre des gaz toxiques.

♦ La décomposition auto-entretenue : elle concerne certains engrais composés (NPK). La situation est la même que précédemment mais, dans ce cas, la décomposition va continuer même si la source de chaleur est supprimée.

♦ La détonation : elle peut survenir avec des engrais contenant plus de 28 % de source de chaleur et dans certaines conditions (chauffage important, contamination par hydrocarbure,…).

 

Au vu des risques encourus, ces engrais doivent impérativement :

 

♦ Etre protégés de toutes sources de chaleur telles qu’un éclairage ou un chauffage intenses,

♦ Ne pas être mis en contact d’un apport direct de chaleur (travaux par points chauds, feu, moteur en marche,…)

 

De plus, diverses précautions doivent être prises pour tout type d’engrais :

 

- La cuve doit être située dans un endroit à l’écart des routes pour éviter tout risque de choc, sur un emplacement stable et plat,

- Par contre, il faut prévoir le passage d’un camion-citerne et du pulvérisateur tout en protégeant l’accès par une barre d’arrêt ou un muret,

- L’idéal est de la placer sous un abri afin de le protéger des éléments climatiques, notamment du froid qui peut provoquer l’apparition de cristaux (en dessous de 5°C et sur une période prolongée). Si ce cas de figure survient, il faudra attendre le retour des températures positives. Le produit ne sera pas dégradé pour autant mais inutilisable dans l’immédiat.

- Penser au vandalisme : il est possible d’installer un cadenas sur la vanne et un grillage ou un garde-corps autour de la cuve,

- Privilégier un ancrage au sol.

 

5. Les accessoires des cuves pour engrais

 

 

 

- Les vannes

 

Préférer des vannes en inox aux vannes en cuivre, bronze ou plastique. Il est indispensable d’opter pour une double vanne ou un bouchon de fermeture

 

- Récipient de collecte

 

Celui-ci sert à récolter les écoulements au moment de la fermeture après débranchement.

 

- Les tuyaux

 

Les tuyaux en acier inoxydable ou en polyester sont conseillés, contrairement aux tuyaux en plastique rigide.

 

- Les joints

 

Les joints des portes de cuve ne doivent pas être exposés au soleil et tout dépôt doit être ôté.

 

6. Entretien d’une cuve

 

Divers points sont à vérifier régulièrement : le niveau de corrosion de la cuve, le bon état de l’ensemble des accessoires (vannes, tuyaux et flexibles) ainsi que des différents dispositifs de sécurité. Ceux-ci doivent être nettoyés et remplacés en cas d’usure.

La paroi extérieure de la cuve devra être nettoyée avec de l’eau : température de l’eau de maximum 40°C de préférence avec un balai brosse. En cas d’utilisation d’un jet haute pression, veiller à maintenir une distance d’au moins 40 cm entre la buse et la cuve et la pression de lavage ne doit pas dépasser 100 bars.

Les recommandations sont identiques pour la paroi intérieure.

 

Lorsque la cuve n’est pas utilisée, il est conseillé de laisser la vanne en position semi-ouverte.

Les vannes doivent rester constamment étanches.

Enfin, les pattes de fixation ne doivent pas être resserrées après mise en charge de la cuve.

 

Si vous avez besoin de plus d’informations pour le choix et l’achat d’une cuve engrais n’hésitez pas à nous contacter.

 

 

 

> Voir notre gamme de cuve ou citerne pour engrais


Les autres guides de Stockage

 

Comment choisir sa Cuve ou citerne à carburant ?

Optez pour le modèle de cuve de stockage le plus adapté à vos besoins

 

Pompes et cuves de stockage pour hydrocarbures norme ATEX

Toutes les spécificités des cuves de stockage

 

Comment choisir son armoire de sécurité ou de sureté ?

Nous vous guidons à travers les différentes normes en vigueur

 

Comment choisir sa cuve d'arrosage ?

Les différents critères de sélection d'une cuve d'arrosage

 

Comment choisir sa cuve ADBLUE

Guide complet pour tout savoir sur ce carburant écologique

 

Comment choisir son récupérateur d’eau de pluie ?

Guide de choix sur la réglementation actuelle au sujet de la récupération de l'eau de pluie

 

Bien choisir son bac de rétention

Sélectionner son bac de rétention en fonction de sa matière et du volume souhaité

 

Bien choisir ses absorbants hydrocarbures et produits chimiques

Guide de choix sur les différents absorbants et leurs utilisations

 

Bien choisir son armoire de stockage de produits inflammables

Guide de choix sur le rôle de l'armoire, la règlementation, ainsi que les critères de choix et les accessoires

Numéro de page : P