Nous contacter Nos marques
Nous contacter Nos marques

Matériel et outillage BTP, équipement industriel et matériel collectivité
Le site de vente en ligne préféré des professionnels pour leurs achats

  • Lun à Jeu 8-12h 14-17h30 & Ven 16h
    03 68 00 04 30

En raison des périodes estivales, le traitement et la livraison des commandes peut être ralenti ! Bonnes vacances !

Du mal à choisir ?

Nos guides de choix vous accompagnent dans vos achats !

Voir plus

Nos marques pour
Mousquetons et connecteurs de sécurité


Types d’ancrages

Tous les systèmes et dispositifs destinés à la protection individuelle contre les chutes de hauteur doivent être attachés à des points d’ancrage sûr. Le choix du type d’ancrage et de sa position est l’une des étapes les plus délicates du travail en hauteur car elle détermine la sécurité de l’opérateur. Il existe trois catégories de systèmes d’ancrages :

Artificiels. Ancrages mis en place par l’opérateur de façon amovible (sangles, poutrelles de contreventement, trépieds, poids morts etc.). Ces ancrages doivent être conformes à la norme EN 795 et, comme tel, doivent être en mesure de soutenir au moins 12 KN ou

bien 18 KN dans le cas d’ancrages non métalliques (sangles, cordes etc.);

Naturels. Ancrages réalisés à partir d’éléments naturels présents sur le lieu de travail (arbres, becquets rocheux etc.);

Structurels. Ancrages mis en place par l’opérateur de manière permanente (chevilles à expansion, broches scellées etc.) ou créés en utilisant des éléments faisant parti du bâtiment ou de la structure où se déroulent les travaux (poutres en bois, poutrelles, poteaux)

 

Union de deux points d’ancrage.

Pour une utilisation correcte des ancrages artificiels comme les chevilles à expansion ou les broches scellées, il est important d’examiner attentivement la qualité du support (roche, ciment etc.) et mettre de préférence deux points en place. Durant la phase d’union des deux ancrages, réalisé à l’aide de deux sangles, il faut prendre en considération l’angle qui se crée au point le plus bas : plus l’angle sera fermé et symétrique (Fig. 1) et plus la répartition des forces sera favorable en cas de sollicitation. Au contraire, plus l’angle au point bas sera ouvert et asymétrique (Fig. 3) et plus la charge sur chaque point sera importante : pour remédier à cet inconvénient, il suffit d’ajuster la longueur des sangles de manière opportune. En cas d’utilisation d’un multiplicateur d’ancrages il est nécessaire de le relier à une sangle par l’intermédiaire d’un connecteur EN 362 de 50 KN ou deux de 25 KN.

 

Utilisation d’une sangle

Pour utiliser correctement un ancrage structurel ou naturel (poutre en bois, poutrelle, arbre etc.) il est d’usage de recourir à un anneau de sangle ou à une sangle avec extrémités cousues. Les extrémités doivent être reliées directement à des connecteurs EN 362, un par corde utilisée. En cas d’utilisation d’un multiplicateur d’ancrages, il est nécessaire de le relier à la sangle par l’intermédiaire de deux connecteurs EN 362 ou d’un connecteur à haute résistance (ex. 50KN).Pour éviter le glissement de la sangle autour de l’ancrage structurel, il est possible de faire un double tour.

Attention!

Ne pas utiliser le noeud en tête d’alouette car la résistance de la sangle diminuerait de façon significative.

 

Utilisation d’une corde

Lorsque les dimensions de l’ancrage structurel ou naturel sont trop importantes pour permettre l’utilisation d’une sangle, il est possible d’utiliser directement la corde de travail en prenant soin de la protéger du contact avec les angles de la structure. En cas d’absence d’un dispositif protège-corde, il est possible d’améliorer la sécurité du système en augmentant le nombre de brins de corde autour de l’élément : si le brin en charge se rompait (ex. chute de pierres) le brin successif deviendrait porteur.

 

Caractéristiques techniques

En plus de la certification ISO 9001 : 2008 de notre système de management de la qualité, auxquels sont soumis tous les processus de production, et outre les contrôles exécutés en conformité avec les normes CE/EN de référence, nous avons mis en place le contrôle individuel de chaque produit grâce auquel aucun produit ne pourra arriver entre les mains du client sans avoir été testé individuellement :

Contrôle fonctionnel individuel - pour tous les produits CT;

Contrôle individuel à 12 KN - pour les connecteurs et tous les produits qui portent ce marquage.

En outre :

Notre laboratoire interne exécute plus de 16 000 tests destructifs chaque année (test en traction environ toutes les 6 minutes).

 

Nous avons créé des machines spécifiques pour tester la durée de vie du doigt des connecteurs. La durée de vie, exprimée en N° de cycles (ouverture et fermeture), est supérieure à 100 000 cycles sans compromis au niveau fonctionnel.

Numéro de page : P232